Les dérives de l’entrepreneuriat – La chasse aux salariés

Un boom d’entrepreneur

Depuis les 3 dernières années et d’autant plus avec le Covid + confinement, on voit éclore de plus en plus de nouveaux entrepreneurs : entre le besoin de sens, la volonté de se libérer de patrons très peu reconnaissants ou tout simplement de pouvoir gérer son emploi du temps & sa créativité à sa guise, de nombreuses raisons poussent les gens à prendre leur indépendance pour créer quelque chose “à eux”.

Et comme tout mouvement, même initialement positif, vient également ses travers notamment avec ce que j’appelle la “dictature de l’entrepreneuriat“.

Cette mode qui consiste à promouvoir l’entrepreneuriat à outrance et à dénigrer ceux qui choisissent une autre voie que d’entreprendre.

La dictature de l’entrepreneuriat – La secte des entrepreneurs

On en parle de cette propagande ou pas lol ??. Et tu dois te demander, à juste titre :

« Euuuuh, ce n’est pas ton taf d’aider les gens à entreprendre ?  »

Well, c’est parce que je les côtoie au quotidien que ça me saute aux yeux. OUI, ça fait plus d’opportunités business que les gens se lancent dans l’entrepreneuriat mais je considère qu’on promeut quelque chose de “dangereux”, qui est totalement contre-productif quand tu entreprends.

Pourquoi quand on pousse les gens à entreprendre, les gens se sentent obligés de dénigrer les salariés ?

Salarié à qui on attribue l’étiquette de mouton avec son 9-17h, un simple exécutant qui ne veut pas prendre en main le contrôle de sa vie en opposition face à l’entrepreneur, libre de toute contrainte, qui ne rend pas de compte. Qui choisit ses horaires, ses jours de travail bref c’est la liberté absolue, le rêve américain.

Maintenant parlons factuel, shall we ?

Avant tout, il est bon de se rappeler qu’une entreprise en croissance est … une entreprise qui recrute des salariés. La croissance se voit inévitablement grâce aux ressources humaines mobilisées pour développer l’entreprise.

Et oui, c’est un cercle vertueux mais l’entreprise a besoin de salariés pour dépasser un certain plafond de verre. Et de toi à moi : qui a envie de travailler pour une personne qui considère que nous sommes des moutons ?

C’est quoi la liberté finalement ?

C’est loin et je dis bien très loin d’être une vérité générale pour de nombreux entrepreneurs. 

Déjà, la notion de liberté qu’on attribue automatiquement à l’entrepreneuriat c’est quelque chose qui s’apprend. Tu n’acquiers pas cette liberté dès que tu te vois attribuer ton statut de micro-entrepreneur ou de CEO.

Parfois ça peut mettre des années à se mettre en place et pour différentes raisons : au début, quand tu quittes ton job salarié tu dois mettre en place de nouvelles méthodes de travail. Si tu as des jours où tu es moins productive, que tu as la flemme c’est toi qui en pâtit directement et tu peux voir une diminution de ton chiffre d’affaire voire pas de chiffre d’affaire du tout. 

Il est aussi fréquent de voir des entrepreneurs travailler jour et nuit sur leur projet, sans aucune coupure alors que le salarié a ses week-ends ou congés payés pour souffler.

C’est là qu’il faut bien distinguer que la notion de liberté ce n’est pas lié à un statut mais clairement à un état d’esprit.

Vous pouvez me croire, il y a des salariés bien plus épanouis et libre dans leur vie que certains entrepreneurs.

Comme je disais plus tôt, acquérir sa liberté en tant qu’entrepreneur ça s’apprend : c’est apprendre à refuser des projets parce que le projet d’un client ne vous plaît pas, apprendre à rester ferme sur ses tarifs pour en vivre et ne pas se brader, apprendre à déléguer, à savoir souffler et mettre en place des actions qui permettent de se dégager du temps sans que ça nuise à la productivité.

Si on prend les circonstances exceptionnelles avec le Covid en 2020, on peut imaginer l’incertitude ressenti par les entrepreneurs qui ont subi pour beaucoup une perte de leurs revenus contrairement aux salariés qui ont pu bénéficier du chômage partiel. Il y a eu des aides de l’Etat mais qui reste moindre par rapport aux salariés.

En ce qui concerne cette fameuse indépendance de l’entrepreneur face au salarié là encore, dans les faits l’entrepreneur doit rendre des comptes à ses clients. Et c’est, je dirais encore plus de pression parce qu’un salarié qui n’a pas rempli ses objectifs, il va se faire remonter les bretelles par son manager mais l’entrepreneur qui voit son client non satisfait, les conséquences sont plus dommageables. C’est un client qui peut nuire à la réputation de notre entreprise, un client qui ne nous recommandera pas, des clients potentiels qui seront dubitatifs au fait de travailler avec nous.

Pourquoi lancer son entreprise ?

En fait, ça me paraît important de parler de tout cela aujourd’hui car de plus en plus de personnes disent « Je veux me lancer », d’accord c’est très bien mais il s’agit de savoir pourquoi tu veux te lancer ?

Est-ce que c’est pour dire aux gens que tu entreprends ou bien tu as une réelle motivation de lancer ton projet ? Te sens-tu en capacité de t’ t’investir à 100% même si tu vas clairement faire face à des échecs ?

Qu’en est-il de ne pas laisser ta vie perso consumer l’activité de ton business ?

Pose-toi la question : qu’est-ce que la vie de salariée ne peut m’apporter et en quoi l’entrepreneuriat est la réponse ?

Qu’est-ce que tu attends de l’entrepreneuriat ?

Comment tu vois la vie d’entrepreneur ? Est-ce que tu peux travailler efficacement sans que quelqu’un soit derrière toi ? Quelle est ta réaction face à l’échec ? Est-ce que tu peux accepter des mauvais retours clients et quel comportement tu dois adopter pour t’améliorer ?

Pour moi il faut se poser ces questions avant même de commencer à travailler sur son projet. 

Tu as aimé cet article ? Inscris-toi à la newsletter pour encore plus de contenus 100 % sans langue de bois ou suis-moi sur Instagram


entrepreneuriat-chasse-salariat

Stacy – Consultante en stratégie marketing & communication, Business Mentor, Madre de 2 petits dictateurs.

J’aide les femmes ambitieuses à atteindre leurs objectifs (organiser ton business, fixer tes prix, communiquer) sans sacrifier leurs valeurs ou leurs ambitions personnelles.

J’ai également créé mon agence marketing du tourisme pour revenir à une de mes spécialités chouchou.

Et j’aime tellement parler que je fais souvent des lives sur Instagram ou podcast ( et j’ai ENCORE de l’énergie pour soûler mon mari après miskine 💀).

Participe à la prochaine masterclass ce mois-ci

Laisser un commentaire